Alesis ADAT – Le must du multipistes des années 90


Transfert de cassettes ADAT

ADAT pour Alesis Digital Audio Tape

ADAT : l’acronyme qui a bouleversé le monde de l’enregistrement multipistes dans les années 90 !

En effet, un enregistreur 24 pistes numériques pouvait facilement atteindre CHF 60’000.- et nécessitait des frais de maintenance conséquents. L’arrivée d’un système portable, utilisant des cassettes S-VHS comme support d’enregistrement, à CHF 5’000.- les 8 pistes et qui pouvait facilement s’agrandir en reliant jusqu’à 16 appareils entre eux a été une véritable révolution.

ADAT, l’interface optique

En plus de ces avantages financiers, les machines étaient faciles d’utilisation et disposaient d’une liaison optique, Lightpipe, qui permettait le transfert sans perte des 8 pistes entre plusieurs machines. Interface qui est devenue une norme présente sur les appareils de différents fabricants comme Fostex, Studer, Yamaha ou encore Panasonic.

 

Le revers de la médaille…

Ces nombreux avantages étaient toutefois accompagnés d’un inconvénient de taille : les machines devaient être régulièrement renvoyées pour révision afin d’éviter les codes d’erreur en pleine séance d’enregistrement. Et cela avait un coût, en plus de bloquer le studio pendant 1 à 2 semaines.

Principales victimes de ces défauts de jeunesse, les premiers modèles XT (16 bits) et XT20 (20 bits) mais également le modèle LX20, encore plus abordable. Avec l’arrivée des multipistes sur disques durs, Alesis a développé, au début des années 2000,  un dernier modèle, le M20, plus robuste et plus fiable mais aussi un peu plus cher.  C’est une de ces rares machines, encore fonctionnelle, qui a rejoint début juillet le parc de nos lecteurs multipistes ADAT qui comptait jusqu’à présent 3 LX20.

Vous avez encore des cassettes enregistrées sur ADAT ? C’est (vraiment) le moment d’en récupérer le contenu ! Contactez-nous dès à présent.